Pourquoi l’Iphone est-il aussi pénible ?

J’étais un utilisateur régulier de Windows Phone. Mon dernier en date un Samsung Ativ S me rendait de fiers services. Depuis que je travaille à Singapour, ma boite me paye un Iphone 5S avec l’abonnement qui va bien, donc pas de raison de se plaindre. Cela me donne également l’occasion de vraiment tester un environnement 100% Apple slut : Iphone, Ipad et Macbook Pro. Difficile de faire pire (en attendant l’Iwatch?).

Avoir un environnement 100% constructeur est assez intéressant avec la synchronisation des données. Les photos apparaissent sur les devices, les messages du téléphone arrivent sur le Mac (enfin quand cela fonctionne). A l’opposé, la manière dont les données sont sélectionnées et synchronisée est assez obscure. J’ai eu, par exemple, la désagréable expérience de découvrir les photos de mon DSLR synchronisées sur mon Iphone sans que iPhotos ne m’ait demandé mon avis !

J’utilise mon Iphone pour naviguer dans Singapour à vélo. L’Iphone c’est le top avec Google Map. Par contre la batterie, je ne sais pas pourquoi ils appellent ça un portable tellement la durée de vie de ce téléphone est honteuse. J’ai bien désactivé un maximum de choses, comme l’activité en arrière plan, mais rien n’y fait. J’en suis même à utiliser l’Iphone uniquement en noir et blanc. Heureusement j’aime bien le style de l’affichage comme ça, sinon j’aurai vraiment l’impression de faire un bon dans le passé. Mine de rien avec cette manip, je gagne une demi journée de batterie sans forcer. Sachant que le téléphone tient à peine une journée en temps normal, c’est un peu joie et félicité dans les coeurs !

Un autre truc qui me saoulé, c’est la capacité de l’indicateur de batterie à raconter n’importe quoi. Dès lors que la batterie passe sous la barre des 10%. Honnêtement, passé cette limite la batterie se vide comme la neige fond au soleil. C’est assez frustrant. D’autant plus que le téléphone passe son temps à rappeler qu’on a plus de batterie (ok uniquement à 20 et 10%). C’est vachement utile, car dans ces cas là, on ne peut justement pas charger le téléphone…

D’ailleurs la mode des batteries portables me fait doucement rire. On a un super téléphone slim, mais alors il faut se trimballer avec une deuxième brique pour espérer redécouvrir le côté portable de son smartphone.

Pour terminer, je ne comprends pas pourquoi le téléphone prend aussi longtemps à s’allumer lorsque la batterie est vide. C’est au moins 10 minutes à chaque recharge pour que le téléphone accepte de démarrer. Je ne suis peut-être (certainement) pas un champion d’électronique, mais ça ne doit pas être la mort de démarrer le téléphone sur secteur sans attendre que la batterie ne soit chargée. Rappellons tout de même que le téléphone reste allumé jusqu’a l’ultime pourcentage.

Article à mettre à jour dès la prochaine frustration !

 

Phonely, l’app Feedly pour Windows Phone que j’attendais !

Le store Windows Phone 8 est loin d’être ridicule. Néanmoins certains gros acteurs semblent toujours revêches à l’idée de développer pour la plateforme minoritaire de Microsoft. Heureusement des développeurs indépendants travaillent à combler le vide de services qui refusent de bouger le c** C’est le cas de Feedly qui n’a pas d’application officielle sur Windows Phone. On peut leur excuser, ces garçons n’ayant pas la puissance d’une compagnie comme Google.

Ils ont donné leur bénédiction au développeur pour développer quelque chose de solide sur Windows Phone. Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est très réussi. Pour avoir testé une certaine quantité de clients Google Reader (à la belle époque), aucun n’a la puissance, le design et la rapidité de Phonly.

Je vous invite à le tester (oui je parle aux 11% de Smartphones sous Windows Phone 8 en France). C’est gratuit (avec publicité), mais vu le job effectué par ce dev, je vous invite à passer directement à la version payante (1.99 €, pas le bout du monde).

Bien à vous.

Twitter du développeur

Pour télécharger Phonly

 

 

Windows Phone : Interagir avec la Xbox 360 grâce à SmartGlass

Disponible depuis le 26 octobre, l’application Xbox SmartGlass permet d’harmoniser l’expérience utilisateur sur tous les types d’écrans existants, à commencer par les Windows Phone mais également disponible chez les concurrents Android et iPhone.

Concrètement, cette interaction va donner lieu à de multiples avancées très pratiques. Par exemple, il me sera enfin possible de parcourir la carte de Final Fantasy 7 sur mon téléphone tout en continuant à jouer sur ma Xbox 360.  Ou de consulter les caractéristiques de tel ou tel personnage. Il n’y a pour l’instant qu’un seul jeu 100 % compatible avec cette innovation (Halo 4, dont la sortie est prévue le 6 novembre prochain), mais le catalogue devrait s’enrichir rapidement. Forza Horizon offre déjà l’affichage d’une carte et d’un GPS aux utilisateurs de SmartGlass.

Dans le même style, je peux surfer sur le web sur ma télévision via mon Windows Phone puisqu’il va me permettre de zoomer, de sélectionner et même de faire défiler le contenu d’un site web. En fait, mon téléphone devient une interface additionnelle pour la console. Rien que ça !

Dans les semaines qui viennent, comme je suis abonné à Xbox Live Gold (côté tarif, il faut compter 34,49 € pour un an),  je pourrais aussi en profiter pour utiliser la toute nouvelle fonctionnalité de la Xbox qui sera proposée dans les semaines qui viennent : le navigateur intégré (Internet Explorer). Cela n’a l’air de rien, mais cela va réellement tout changer pour la navigation. Notamment parce qu’il n’y aura aucune censure, du moins si j’en crois les communiqués publiés par Microsoft. Je vais donc pouvoir accéder aux salles de poker sans téléchargement sans avoir à me poser de questions.

En attendant,  je peux déjà organiser mes playlists Xbox Music depuis mon smartphone. Il y a aussi une autre fonction très sympa: si je commence à regarder un film sur la télévision en VOD, je peux tranquillement regarder la suite sur mon terminal, y compris si je dois me déplacer.

Évidemment, la date du 26 octobre n’a pas été choisie au hasard puisque c’était aussi le lancement de la tablette tactile Surface de Microsoft. Avec une ambition de taille : venir concurrencer la Wii U et sa mablette.

 

Spotify + Free Mobile + Windows Phone = gros fail

Dans la série on prend de nouveaux entrants, on mixe le tout et l’on espère que tout fonctionne ; je pense avoir trouvé le meilleur mix pour un bon gros échec des familles. Le plus rigolo c’est que j’ai arrêté mon abonnement Deezer justement car l’application Windows Phone laisse à désirer. Par exemple elle ne gère pas le multitâche alors que Windows Phone le gère depuis presque un an à présent.

Pourtant Spotify ne fait pas mieux dans sa gestion des Windows Phone. Déjà elle n’est pas des plus réactive, ni des plus stables. Avantage elle gère le multitâches et affiche une live tile à la lecture d’un morceau. Bref beaucoup mieux que Deezer.

C’était sans compter avec Free Mobile !

Le problème c’est que Free Mobile use et abuse du roaming pour soutenir son réseau. Du coup le plus clair du temps, votre Smartphone est connecté au réseau Orange. Un peu comme si vous étiez à l’étranger au quotidien… Free Mobile : la solution au voyage low cost !

L’application Spotify n’étant pas franchement finalisée, elle ne gère pas ce mode de connexion et reste systématiquement bloquée en mode offline. C’est à dire qu’il n’est pas possible de synchroniser de musique lors de déplacement (ça why not, après tout mieux vaut le faire en Wifi), mais je ne peux pas non plus faire de recherche, si l’envie me prenait de faire découvrir une musique à quelqu’un ou même ajouter un morceau à une playlist.

Bref ce n’est pas folichon folichon. Finalement je vais peut-être terminé par prendre un abonnement Zune. Là je serais sûr d’avoir un lecteur audio performant et fiable.

C’est ce genre de choses qui laisse un léger gout d’amertume sur Windows Phone. Ce n’est pas tellement qu’il manque d’applications : les cadors de chaque secteur sont bien présents. Simplement, une légère impression de nonchalance semble flotter autour de l’écosystème des applications Windows Phone. Les éditeurs balancent une version béta de leurs applications et espèrent que personnes ne leur en tiendra rigueur. C’est le cas également de l’application Skype. En gros les développeurs étaient super à la bourre, mais les attentes étaient telles que la solution a été de diffusée une version boguée jusqu’à l’os en espérant calmer tout le monde en attendant… mais en attendant quoi ?

Monsieur Microsoft si vous souhaitez vraiment attirer des clients il va falloir tenir un peu mieux la bride de vos éditeurs tiers sous peine de voir mourir Windows Phone à l’image de feu Windows Mobile. Cela fait bientôt 2 ans que l’OS est dans la nature, et les évolutions sont assez faibles.

Pire les constructeurs semblent lentement oublier de concevoir de nouveaux produits. Ce n’est d’ailleurs pas la situation de Nokia qui me contredira. Finalement Windows Phone n’est peut-être pas l’OS d’avenir auquel on croyait, et l’interface Métro la solution idéale pour les devices mobiles.